Capgemini Institut 0144742410
24 rue du Gouverneur général Eboué 92136 Issy les Moulineaux
DURéE
2 jours
DATES
LIEU
Paris
PRIX 2017
Nous consulter - intra seulement
Sommaire du séminaire
    Séminaires technique Institut Capgemini

    Estimation des charges et coûts
    de développement

    >  Comment disposer de méthodes d’estimation pertinentes et maîtrisables par tous.




    Ce séminaire s’adresse à tous les professionnels (DSI, responsables des études, responsables qualité, chefs de projet, etc.) confrontés à l’estimation du développement et de la maintenance du logiciel.

    C’est à la fois un séminaire de synthèse qui fait le point sur les différentes méthodes et pratiques ; et un séminaire pratique reposant sur des exercices et précisant comment adopter les mécanismes d’estimation pour tenir compte de ses propres pratiques et particularités.

    • Comment évaluer avec la meilleure fiabilité possible les délais, les charges et les coûts de développement ou d’évolution des applications informatiques ?
    • Quels sont les points forts et limites des différentes méthodes et des métriques novatrices ?
    • Comment et pourquoi estimer un projet Agile ?
    • Comment faire pour qu’une estimation soit compréhensible et donc défendable auprès des métiers et/ou qu’elle soit utilisable contradictoirement entre un client et un prestataire ?
    • Rechercher un équilibre entre fiabilité et précocité des évaluations.
    • Capitaliser l’expérience pour mieux estimer l’avenir.

    Le mot de l’intervenant

    « Ce séminaire vous permettra :

    • De passer en revue les méthodes d’estimation les plus connues en identifiant leurs forces et faiblesses.

    • De percevoir comment on peut adapter et combiner ces différentes techniques, pour élaborer les mécanismes qui répondront le mieux aux besoins de l’entreprise. »

    Vincent Branger

    10 ans de benchmarking à évaluer les forces et faiblesses de nombreuses entreprises. Président de l’Assemi (Association utilisateurs Points de Fonction) durant 8 ans. Expert en estimation et mise en œuvre de Centres de Services.



    Quelles estimations pour quels besoins ?


    Besoins partagés avec les donneurs d’ordre

    • Les estimations initiales, base de décisions et d’arbitrages souvent précoces.
    • Comment faire pour que les mécanismes d’estimation soient justifiables auprès des donneurs d’ordre ?

    Besoins en matière de contractualisation

    • La justification d’une estimation, base de consensus entre le client et le prestataire.
    • Les estimations pour gagner le projet (notamment pour les SSII).
    • Indispensable en Sourcing, comment faire pour que les mécanismes d’estimation soient utilisables sur des projets et applications non identifiables à la signature du contrat ?

    Un processus itératif

    • Quand et quoi estimer ? Précisions et affinages successifs.
    • Comment justifier que bien des écarts entre estimations et réalités sont légitimes ?
    • Comment hiérarchiser les priorités sur un projet trop ambitieux ?

    La portée d’une estimation

    • La notion de projet restant imprécise, que faut-il préciser pour définir la portée d’une estimation ?
    • L’impact des engagements de qualité de service et de qualité des produits vis-à-vis des utilisateurs.
    • Place de l’estimation dans le CMMI (modèle de maturité de la capacité logicielle).

    Enjeux et limites des Estimations avec une démarche Agile

    • Quelles sont la portée et les limites d’une estimation d’un Backlog ?
    • Pourquoi et comment estimer les différents sprints ?.

    Panorama des méthodes d’estimation


    Les différentes approches

    • Quels sont les principes communs à toute méthode d’estimation et les différentes logiques d’estimation ?
    • Design to Cost et loi de Parkinson.
    • Jugement d’expert (Delphi), estimation par analogie, méthode des Story Points..
    • Avantages et inconvénients des estimations à partir d’abaques par technologie.
    • Points forts et faiblesses des modèles paramétriques ou algorithmiques.
    • Les démarches ascendantes (bottom-up) et descendantes (top-down), sont-elles contradictoires ou complémentaires ?
    • Prendre en compte la culture et les usages de l’entreprise. Les estimations en nombre d’« Ideal Days ».

    Les cas particuliers

    • Les particularités inhérentes aux projets d’évolution.
    • Les particularités inhérentes aux projets d’intégration de progiciel.

    Les points de fonction IFPUG et ses variantes


    La mesure de la taille du projet

    • Les règles d’identification des différents composants identifiés par l’IFPUG.
    • Les règles conduisant à comptabiliser de multiples composants.
    • Règles d’évaluation de la complexité des composants.
    • Intérêt et limite de la logique de calcul d’un facteur d’ajustement.
    • Les points forts et les limites de l’estimation à partir du point de fonction.

    Le processus d’estimation

    • L’évaluation des charges à partir de ratios de productivité moyens par technologie.
    • Comment prendre en compte également les besoins non fonctionnels ?
    • Quels autres facteurs influents sur la productivité prendre en compte ?
    • La mesure en points de fonction IFPUG et sa version simplifiée.

    Les variantes

    • Relation entre la méthode des points de fonction IFPUG et Cocomo.
    • Les méthodes alternatives à l’IFPUG :

    Cosmic, Mark II, Feature Point, etc.

    • Le contexte normatif sur le dimensionnement des fonctionnalités ISO/CEI 14143 et ISO/CEI 19761.
    • Use Case Points
    • Comment mesurer la taille d’un projet en nombre brut ou ajusté de « Use Case Points »
    • Les limites de l’approche en « Use Case Points ».

    Les méthodes à base d’abaque


    Abaque reposant sur des composants techniques

    • Le choix des composants et l’influence de la technique.
    • Forces et faiblesses des abaques reposant sur des composants techniques.
    • Les barèmes et principes classiques d’évaluation de la complexité.
    • Les principes classiques d’évaluation de l’ensemble des activités d’un projet.

    Identification de composants fonctionnels

    • Quels composants retenir pour servir de base à l’estimation ?
    • Comment définir ces composants ?

    Eviter les effets de marche reposant sur des composants simples moyens et complexes

    • Évaluation de la complexité à partir de valeurs données aux critères de complexité.
    • Les différentes démarches de répartition des charges sur la WBS.

    Comment mieux estimer les charges de Tests

    • Comment tenir compte de l’ampleur des Tests de Non Régression ?
    • Estimer les charges de Développement et de Tests en parallèle.

    Estimer un projet Agile


    Story Points

    • Dans le cadre d’une méthode agile, comment s’appuyer sur la notion de « Story Points » ?
    • Limites des estimations d’un Backlog et de chacun des Sprints.
    • Atouts et faiblesses de la méthode des Story Points.

    Autres approches Agiles

    • Complémentarité entre Planning Poker et story Points
    • Méthode dite des gabarits. Méthode des T-shirt. Avantages et Limites.

    De Cocomo à Cocomo II (Barry Bœhm)


    Cocomo I

    • Origines, principes et hypothèses de la méthode.
    • Les activités du cycle de développement couvertes ou non traitées.
    • Les premiers modèles pour le calcul des charges et des délais.
    • Les modes de développement : organique, médian, imbriqué.
    • Précision du modèle, comparaison.
    • La distribution des charges et des délais par phase et par activité.

    Cocomo II

    • Le modèle d’estimation précoce.
    • Les facteurs d’échelle, de coût et d’ajustement.
    • Le modèle d’estimation post-architecture.
    • Les facteurs correcteurs, analyse et implications.
    • Utilisation de Cocomo pour les projets de maintenance.

    La relation charge/délai

    • Équations de Saphir, de Bœhm, de McDonnell.
    • Confrontation aux contraintes de disponibilité des ressources.

    Que retenir de Cocomo

    Estimer les charges de maintenance récurrentes


    • Bien identifier les différents types de services fournis (assistance utilisateur, corrections, études d’impact, etc.).
    • Quelles sont les bases permettant de chiffrer la taille de l’application à maintenir ?
    • Comment apprécier les différents aspects de la complexité applicative ?
    • Tenir compte du niveau et des modes d’utilisation de l’application.
    • En quoi la norme ISO 9126 peut-elle servir de base à l’évaluation de la qualité du logiciel applicatif et à ses impacts sur les charges des différents services assurés en maintenance ?

    L’estimation des coûts associés à un projet


    Les coûts directs

    • Quels sont les différents modes de calcul du coût des charges de travail ?
    • Les avantages et inconvénients des éventuelles simplifications.
    • Coûts des équipes de développement et matrice de compétence

    Les coûts indirects

    • Prendre garde aux frais de déplacement, aux frais d’hébergement, notamment dans l’évaluation des prix des prestataires externes.
    • Faut-il intégrer les coûts des progiciels, des outils et machines de développement, de test, etc. ?
    • Quelles sont les dépenses complémentaires induites par un développement ou une évolution applicative ?

    Votre organisation pour estimer vos projets


    Quelle organisation pour supporter le processus d’estimation ?

    • Procédures et moyens à mettre en place (autonomie des responsables de projet, pôle d’expertise, etc.).
    • Guide d’estimation des charges et des délais.
    • Pourquoi privilégier la reproductibilité des estimations à une recherche empirique de précision ?
    • L’estimation initiale, interaction entre estimation et organisation du développement, l’analyse du risque.

    Capitaliser sur la mesure des performances

    • Pourquoi capitaliser non seulement sur les projets terminés mais aussi sur les estimations initiales
    • Mettre en place des métriques sur les produits et les processus, permettant de chiffrer les niveaux de performance, mais aussi la codification des facteurs influant sur ces performances.
    • Le référentiel, base de données intégrant une typologie de projets et de livrables produits.

    Calibrer l’estimation

    • Le suivi des activités et des estimations itératives.
    • La classification des projets et la mise en place de barèmes et ratios de référence.