Capgemini Institut 0144742410
24 rue du Gouverneur général Eboué 92136 Issy les Moulineaux
La Maîtrise d’Ouvrage Paris
La Maîtrise d’Ouvrage Paris
DURéE
2 jours
DATES
18-19 mai 2017
5-6 octobre 2017
LIEU
Paris
PRIX
1 910 € ht (2 292 € ttc)
Sommaire du séminaire
    Séminaires technique Institut Capgemini

    La Maîtrise d’Ouvrage

    >  Les méthodes, les outils, les démarches, les organisations, les bonnes pratiques




    • Comment organiser une maîtrise d’ouvrage, quelle est sa place par rapport aux directions métier, quel est le rôle des “key-users” ?
    • Comment établir des rapports équilibrés avec la DSI et la maîtrise d’œuvre , le cas particuliers des projet Agile et SAAS
    • Comment définir le cahier des charges d’un progiciel, comment profiter des approches agiles, comment contractualiser avec le maître d’œuvre.
    • Savoir utiliser les outils et méthodes du maître d’ouvrage : BPM, urbanisation, modélisation UML, SLA, etc.
    • Quels sont les étapes et la conduite d’un projet, les indicateurs et le tableau de bord du maître d’ouvrage ?
    • Quelles sont les pratiques clés : l’anticipation des risques, la communication, la maîtrise de la valeur du SI, la conduite du changement, la mobilisation des acteurs.

    Basé sur de nombreux exemples et cas réels reflétant la diversité des situations des maîtrises d’ouvrage – types d’organisations et de systèmes, modalités de mise en œuvre, contexte organisationnel – ce séminaire pragmatique et directement opérationnel dresse un état de l’art complet de la maîtrise d’ouvrage informatique aujourd’hui.



    Organiser une maîtrise d’ouvrage


    Place de la maîtrise d’ouvrage aujourd’hui

    • Maître d’ouvrage et maître d’œuvre : la bonne répartition des rôles pour une coopération efficace.
    • Les tâches, rôles et compétences des équipes de maîtrise d’ouvrage.
    • La délégation de la maîtrise d’ouvrage. Maîtrise d’ouvrage stratégique, déléguée et opérationnelle : les rôles et objectifs spécifiques.
    • Les places des maîtrises d’ouvrage dans l’organisation : panorama des situations.
    • Maître d’ouvrage et direction de projet : profils, compétences, motivations.

    Les instances de décisions des maîtrises d’ouvrage

    • Comité de pilotage, comité de suivi, comités utilisateurs : rôles et frontières.
    • Organiser les niveaux de décision entre les comités.
    • La remontée d’alertes, la prise de décisions et l’homogénéité de l’information.

    Les tâches délégables au sein d’une maîtrise d’ouvrage

    • Comment déléguer la planification, la gestion, les vérifications et contrôles, les animations de réunions ?
    • Quels rôles pour les assistants maîtrise d’ouvrage (AMOA), savoir les choisir : compétences fonctionnelles, techniques ou organisationnelles ?
    • La définition et le contrôle de la délégation.

    Mettre en place des outils de communication efficaces

    • Organiser un plan de communication et le mettre en œuvre, identifier l’ensemble des parties prenantes et le niveau d’informations nécessaires pour chacun.
    • Les outils de base : quels sont les éléments clés d’une présentation du SI ? Les lettres projet, l’emploi d’un intranet, les autres médias d’information.
    • Comment faire partager une vision commune, informer sur l’état d’avancement, avertir à temps, s’assurer de la bonne réception du message.

    Travailler avec les directions métier


    La modélisation des processus métier

    • Assurer la collecte et l’établissement des règles métier. Les bases de la modélisation.
    • Les normes de Business Process Modeling (BPMN), les outils proposés par le marché, studio et modélisation, simulation et génération de workflows, Business Activity Monitoring (BAM).
    • L’optimisation des processus métier, le préalable à l’automatisation.

    Quelle organisation pour les utilisateurs ?

    • Les “key-users”, quels représentants des utilisateurs, profils et disponibilités ?
    • Comment obtenir l’adhésion des utilisateurs, les clés de la communication.
    • Organiser l’animation d’un métier, les groupes de travail, règles et bonnes pratiques.

    Savoir montrer la valeur ajoutée du SI

    • Les mesures de la valeur : ROI, NPV, TCO ; calculs et limites, les bénéfices qualitatifs, leurs indicateurs.
    • L’analyse de la valeur pour choisir les priorités et les scénarios, une démarche essentielle.
    • L’analyse risques-bénéfices d’un système, les business cases, Val IT.

    Maîtriser les bonnes pratiques actuelles de l’IT


    L’urbanisation des systèmes d’information, points critiques et précautions essentielles

    • Les dimensions métier, fonctionnelles, applicatives et infrastructure d’un SI. Principes et règles de l’urbanisation des SI. Place des urbanistes au sein de la maîtrise d’ouvrage.
    • La démarche d’urbanisation : des processus métier vers l’architecture technique. La notion de trajectoire d’urbanisation. Exemples et points critiques.
    • Les outils de base : la cartographie de l’existant, le référentiel des métadonnées, le rôle des EAI.

    La définition des services offerts (Web, SOA)

    • Connaître et prendre en compte les contraintes et opportunités des plates-formes et des technologies.
    • Les services Web : les protocoles associés. Savoir ouvrir le SI à ses partenaires.
    • Les architectures orientées services (SOA) : principes et mise en œuvre.
    • Quels rôles pour la maîtrise d’ouvrage ? Comment définir des services. Travailler avec la maîtrise d’œuvre sur les services.

    La définition des niveaux de service accompagnant le SI (ITIL)

    • ITIL, une organisation claire et stable des services de la DSI, de leur définition, de leur mesure et la base de la facturation du coût réel du SI. SLA et OLA.
    • La mise en production, l’exploitation et la disponibilité du SI : des exigences au niveau de services (SLA).
    • Le support aux utilisateurs : la prise en charge par un centre d’appel, définir ses conditions, professionnaliser les acteurs N2 et N3.

    Définir un cahier des charges


    Le cahier des charges

    • Normes, plans types, le niveau de formalisation souhaitable, la place et l’emploi d’UML.
    • Comment valider un cahier des charges : les règles de traçabilité et faisabilité, les revues.

    La gestion des exigences

    • Besoins et exigences. L’apport de la notion d’exigences, les types d’exigences. La gestion d’un référentiel d’exigences.
    • Modélisation fonctionnelle. UML et l’approche scénarios.
    • Spécification des interfaces : étude d’ergonomie, emploi des standards.
    • Les exigences non fonctionnelles : performances, qualités. Quel niveau de précision acceptable ?
    • La prise en compte des règles sécurité. L’analyse de risques sécurité.

    Les outils de l’expression de besoins

    • L’animation des groupes de travail utilisateurs : la pratique de la collecte et de la définition du besoin, comment arriver à un consensus acceptable.
    • Mettre en œuvre des maquettes ou des prototypes : étapes, capitalisation des résultats.
    • La définition par les cas de fonctionnement, l’emploi des use cases UML. Exemples pratiques.
    • Les outils de gestion de la traçabilité et du référentiel d’exigences.

    La gestion des changements sur le cahier des charges

    • Les sources des changements, leurs fréquences mesurées, l’apport CMMI.
    • Le processus de gestion des changements, les rôles, les règles et les outils.
    • Comment résoudre les points durs : prévoir les évolutions, trancher les options.

    Piloter la maîtrise d’œuvre


    La relation avec la maîtrise d’œuvre

    • Définition du budget cible de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre, les ratios courants et les facteurs de coûts.
    • Pilotage du coût, du planning et de la qualité, le tableau de bord du maître d’ouvrage : une vision Balanced Scorecard.
    • La gestion des risques : quels sont les risques principaux, les évaluer et les maîtriser. Risques et niveaux de responsabilités.
    • Chefs de projet utilisateurs et chef de projet informatique, l’organisation en plateau, comment gérer cette relation.
    • Les règles de délimitation des responsabilités mutuelles, les bonnes pratiques, l’évitement de la déresponsabilisation.

    Une maîtrise d’œuvre externalisée

    • Les éléments clés d’un contrat de maître d’œuvre, le cadre juridique, règles et précautions de base.
    • Le management de l’appel d’offres. Les contrats de droit anglo-saxon.
    • Le lotissement, les engagements de moyens et de résultat, la définition des livrables, des contrôles et des réceptions.
    • Comment prendre en compte le niveau de maturité des soumissionnaires.

    Maîtrise d’ouvrage de la mise en place d’un progiciel

    • Le cahier des charges d’un progiciel : hiérarchisation des critères de sélection fonctionnels, techniques et opérationnels.
    • Les bases de l’estimation des coûts de mise en place.
    • Contrat intégrateur et contrat éditeur, la réalité des partenariats. Les engagements de l’éditeur.

    Les maîtrises d’œuvre Agiles

    • Les principes des développements. Exemple de Scrum. L’implication constante de la maîtrise d’ouvrage.
    • Exigences et développement Agile : mise en place et gestion du backlog.
    • La problématique des coûts et délais forfaitaires, les bonnes pratiques constatées.

    La Maîtrise d’ouvrage d’un projet SAAS

    • Les spécificités et le planning d’un projet SAAS, le rôle de la maîtrise d’ouvrage
    • Le choix des services SAAS : grille d’évaluation. Les niveaux et types de réponse des soumissionnaires,

    Mettre en service le Système d’Information


    La validation du système d’information

    • Définir un plan de tests : plan type et contenu, quels essais, quelle plate-forme, quelles procédures de tests ?
    • La validation par les métiers, former et assister les utilisateurs aux tests, les tests qui ne peuvent pas être menés par les utilisateurs.
    • Choisir un site pilote, impliquer les utilisateurs et mesurer l’emploi réel du SI pour évaluer les résultats.
    • Suivre et mesurer la couverture des essais, dresser le procès-verbal de recette.

    La migration des données

    • La qualité des données au centre du processus. Mettre en place les outils. Prévoir les modalités de redressement.
    • Conduire la migration : les indicateurs d’avancement et le traitement des rejets.

    La conduite du changement

    • Les changements des processus et des organisations, les identifier et définir un plan de conduite du changement.
    • Les leviers et résistances au changement : les identifier, la progressivité du changement, le rôle du management.
    • La mise en place du support utilisateurs, les formations et leur suivi.
    • Le tableau de bord d’avancement du changement.