Capgemini Institut 0144742410
24 rue du Gouverneur général Eboué 92136 Issy les Moulineaux
Objets connectés et Internet des objets Paris
Objets connectés et Internet des objets Paris
DURéE
2 jours
DATES
14-15 décembre 2017
18-19 juin 2018
LIEU
Paris
PRIX 2017
1 910 € ht (2 292 € ttc)
Sommaire du séminaire
    Séminaires technique Institut Capgemini

    Objets connectés et Internet des objets

    >  Technologies, infrastructures, applications, évolution de l’offre




    La révolution de l’Internet des objets, ou Web 3.0, est en marche.

    L’enjeu est considérable : l’objet connecté fera disparaitre l’objet non connecté, et pose un problème de mutation des produits, des services, des processus, des individus. La concurrence s’annonce rude. Des start-ups, des entreprises innovantes, mais aussi Google, Intel, IBM, Apple déploient déjà leurs stratégies.

    De nouvelles technologies se mettent en place : réseaux, processeurs, logiciels, services à valeur ajoutée. L’Internet des objets pose des problèmes de gestion de données, de traitement d’évènements et de puissance de calcul, mais aussi de sécurité et de confidentialité des données personnelles. De nouvelles architectures apparaissent basées sur le Big Data et la Blockchain.

    Le cycle de mise en œuvre des objets est long et demande innovation et anticipation. Il est donc vital d’initialiser sans attendre les projets de création d’objets ou d’utilisation de données obtenues à partir d’objets génériques.

    Ce séminaire fait le point sur les concepts, les technologies, les objets, les services d’ores et déjà disponibles, et analyse les offres novatrices de tous secteurs.

    Il est destiné aux DSI, chefs de projets, managers, responsables marketing qui souhaitent engager dès à présent une réflexion innovante sur ce qui sera vraisemblablement la troisième évolution technologique majeure après le Web et le mobile, et sur l’impact qu’elle aura sur l’offre de produits et de services de leur entreprise.

    LE MOT DE L’INTERVENANT

    « En deux jours une synthèse actualisée et prospective des objets connectés et de l’Internet des objets sous toutes leurs composantes, à la fois technologiques et économiques, d’usage, d’infrastructure et de marché. Pour se mettre en situation de définir une stratégie d’entreprise cohérente en matière de création d’objets ou d’utilisation d’objets existants. »

    Bernard Laur

    Analyste, consultant, auteur d’ouvrages et de très nombreux articles, est connu depuis une quinzaine d’années pour ses synthèses des domaines émergents et novateurs des NTIC, états de l’art complets illustrés par les premiers retours d’expérience d’entreprises publiques et privées de toutes tailles et secteurs d’activité.



    Les concepts clefs


    • Définition, typologie d’objets connectés et périmètre de l’Internet des Objets : Machine-to-Person (M2P), Machine-to-Machine (M2M).
    • Les trois moteurs : innovation, interaction clients, automatisation des processus.
    • Les quatre bénéfices escomptés : modernisation de l’offre, efficacité, service au client, collaboration intra entreprise.
    • Impacts attendus sur l’offre, la diminution du « time to market », la valeur des services associés.
    • Domaines les plus impactés : santé, transport, énergie, distribution, industrie. Quels bénéfices dans un contexte de compétition entre entreprises ?
    • Place de l’IIot (Industrial IoT) : connected factory, smart manufacturing, industry 4.0, Industrial internet.
    • Les composants de l’Internet des Objets : identifiant, capteurs, connexion de proximité, centralisation des données, systèmes centraux pour le stockage et le traitement. Vers l’explosion des données, le « fog » et l’ « Edge » computing.
    • Au delà des objets connectés, les objets cognitifs, puis les objets « intelligents »

    Les technologies des Objets


    Processeurs

    • Miniaturisation extrême, consommation électrique minime, faible sensibilité aux perturbations.
    • Processeurs Intel Compute, Nvidia et ARM.
    • SoC, BSP, SIP. Co-processeurs de gestion des capteurs et dédiés (Tegra , Xavier).

    Communications et réseaux

    • Standardisation des protocoles : ISO, IEEE, Oasis, etc.
    • Evolution d’IPv6 : 6LoWPAN (IPv6 Low Power Wireless). Protocoles d’échange adaptés (MQTT). AllSeen Alliance vs OIC.
    • Réseaux de proximité : ModBus, Vanet, Bluetooth 5 LE. WiFi Halow et LiFi. Solutions « radio » propriétaires (Z-Wave) et 802.15.4 (ZigBee, Ant+). BAN (Body Area Network). Les apports du Mesh.
    • Evolution des réseaux longue portée : de la 4G (LTE-M, EC-GSM et NB-IOT), vers la 5G et la fédération haut et bas débit. Multi- SIM universelles (Matooma, MobiquiThings).
    • Réseaux radio bas débit LP¨WAN à couverture étendue: Sigfox, LoRa. L’offre Qowisio.
    • Place de la fibre et du CPL.

    Capteurs et Mems

    • MEMS, micro-sensors et actuators : temperature, pression, inertie, champs magnétique, radiation, mais aussi microvalves, micropompes (Bosch). Demain Smart Dust, tatouages et nano-sensors. Biométrie et sécurité (TouchID, FingerID) et Kill Switch.
    • Connecteurs d’objets au Net (routeurs, passerelles) et générateurs d’évènements (Triggers, déclencheurs). Du smartphone au Beacon.
    • Les étiquettes : étiquettes radio (RFID, NFC), graphiques (QR Code), SMS, virtuelles (GPS/URL). Vers une standardisation EPC (Electronic Product Code) ?
    • Matériaux piezo électrique et récupération d’énergie. Géolocalisation out et indoor. Radar LIDAR et ultrasons.

    De la réalité virtuelle aux cinq sens

    • Détection des mouvements (Kinect, Leap), des yeux (Tobii), du doigt (Tengi), et ostéophonie. Reconnaissance et synthèse de la parole (Siri, Cortana, Alexa), traitement d’images. Commande vocale (Wit.ai). Biométrie.
    • Détection des sens, odorat, toucher, goût.
    • Réalité virtuelle et augmentée. Hololens et Oculus Rift.
    • Les périphériques : Smart fabrics et Impression 3D, Caméra et scanner 3D (Intel) et 360° (Giroptic), Wireless Power (QI).

    Systèmes et prototypage

    • OS (iOS, Linux, Androïd Wear, Windows Embedded), OS temps réel (QNX, WindRiver, TinyOS). Développement logiciel : Eclipse Mihini et outils Lua (script), Koneki (simulation et test) et Paho (Messaging).
    • Plateformes de prototypage et maquettage d’objets : micro CPU / contrôleur (Intel Galileo et Curie, Rasperry Pi, Arduino).

    Typologie d’objets connectés


    Les objets grand public

    • Personnels : Lunettes, montre, chaussures, fourchettes, sextoys, aspirateurs-robot. Surveillance des enfants, chutes, trackers chiens-chats.
    • Santé : Mesure diabète, pression artérielle, ECG, stress, sommeil, indice UV, activité cérébrale, radiations, lentilles de contact, etc. Brosse à dents et orthodontie. Scanner alimentaire. Textile et T-shirt avec capteurs tissés , couverts anti-tremblements, prothèses rétiniennes.
    • « Quantified self » et Fitness
    • Fun : jouets, robots et drones.
    • Domotique : thermostats, électroménager, sécurité intrusion- incendie, météo, arrosage.
    • Voiture : Contrôle et gestion du véhicule (Autosar), sécurité (e-call), V2X (détection), Services connectés via 4G.

    Les objets « entreprises » et « industriels »

    • Capteurs techniques intégrés au produit : étiquette (suivi), électronique (gestion d’équipements), SCADA « étendu ».
    • Objets « grand public » industrialisés (lunettes, caméras).
    • Robots et drones.

    Les équipements « relais »

    • Routeurs / passerelles (Box Internet, smartphone).
    • Commutateurs et collecteurs, gateway, RTU.
    • Triggers/déclencheurs.
    • Bornes de localisation d’objets.

    L’infrastructure d’intégration


    Les caractéristiques

    • Traitement évènementiel avec contraintes de charge / trafic.
    • Bande passante réseau, stockage distribué, traitements parallèles.
    • Développement d’applications sur l’objet, l’équipement relais et les systèmes centraux.
    • Interopérabilité (standardisation des échanges ISA-95). Importance des API.

    Les technologies

    • Le Cloud computing (IaaS, PaaS ou SaaS) : élasticité, couverture mondialisée, accès aisé, coûts réduits.
    • Le Big Data : stockage distribué de fichiers (Hadoop, Cassandra, MongoDB), traitements parallèlisés (MapReduce) ou en flot continu (Complex Event processing) et outils analytiques (Dataviz). Place des architectures « Lambda ».
    • L’intelligence artificielle : les apports du machine learning , méthodes statistiques, moteurs de règles, etc.
    • La Blockchain : sécurisation et historisation de transactions. Smart-contracts. Base du « Fog computing » ?

    Les plateformes de services

    • Dispositif de collecte, transfert et traitement des données sur plateforme cloud (Arrayent, LogMeIn, Thingsquare).
    • Récupération des données de capteurs via smartphone ou tablette utilisé comme passerelle (2Net).
    • Plateforme IBM / MQTT (Message Queuing Telemetry Transport) et Watson IoT.
    • Plateformes cloud « IoT » : Azure IoT (Microsoft), IoT Open Cloud Platform (IBM), Thing Fabric (Amazon), SAP, etc.
    • Plateformes cloud industrielles : Predix (GE), Thingworx.
    • Offres packagées collecte-réseau-traitement (Archos, Orange) et Edge computing (Foghorn).

    Les applications et services de l’Internet des Objets


    Agriculture

    • Traçabilité animale.
    • Analyse des cultures et des sols par drone et capteurs.

    Assurance et Banque

    • Paiement sans contact, e-Paiement, DAB.
    • Personnalisation de tarification et d’actuariat, prévention des risques, gestion des sinistres (Automobile, habitation, santé).

    Automobile

    • Voiture connectée (CarPlay, Androïd Auto). Vers la voiture autonome. “sans chauffeur”.
    • Interconnexion réseau social - voiture/avion - constructeur pour transmission des disfonctionnements.

    Construction et BIM

    • Traçabilité du béton, pilotage d’engins de chantier, alimentation de compte pénibilité.

    Distribution et commerce

    • e-Commerce, « boutons d’assistance.
    • Analyse du trafic clients en magasin.

    Domotique, Jouets

    • Surveillance globale locaux / occupants.
    • Jouets intelligents (Cognitoys, Pokemon Go).

    Energie

    • Gestion de l’énergie pour le particulier.
    • Relevé compteurs et « Smartgrid » pour les fournisseurs d’énergie (Linky, Gazpar).

    Industrie

    • Usine 4.0 et supervision de la production / logistique. Maintenance prédictive.
    • Maintenance et assistance (Réalité augmentée - lunettes connectées).
    • Suivi du compte pénibilité.

    Informatique

    • Intégration de l’IA dans les équipements de communication

    Santé

    • « Silver economy ». Suivi médical pour cardiaques, retour hospitalisation, maintien à domicile de personnes âgées, pillulier connecté.
    • Impact de la montre connectée. Prévention par enregistrement de données et analyse HPC.

    Sécurité

    • Surveillance de locaux, parking.

    Transports

    • Occupation des rames.
    • Maintenance de réseaux.

    Smart city

    • Gestion de l’éclairage urbain, des immeubles, de l’eau, du chauffage, des transports (Intelligent Transport System), de la pollution, de la gouvernance municipale.
    • Gestion de déchets et des poubelles.
    • Gestion des places de parking et du trafic par comptage vidéo.
    • Importance du candélabre connecté (Smart street Lights).

    Les points sensibles : sécurité et confidentialité


    • Les dangers du « tout connecté » : divulgation de données personnelles, détournement d’utilisation par des hackers, effet « domino », cybercriminalité.
    • Nécessité d’une règlementation plus stricte et de normes de conformité : désactivation des objets, contrôle parental , propriété et récupération des données, droit à l’oubli. Qui attribue et contrôle les identifiants des objets ? Quelle évolution du droit ? Les apports du nouveau RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) européen.
    • Peut-on se fonder sur une relation de confiance ? Comment assurer la transparence ?
    • La nécessaire sécurisation globale de la chaîne de valeur (chipset, réseaux, routeurs, datacenter). Apport potentiel de la Blockchain.
    • Quelles techniques de sécurisation des objets ? Cryptage, authentification, biométrie. Le concept de « Privacy by design ». Quels protocoles de cryptage (Radius, PGP). Le framework de l’IIC. Les offres (Inside Secure, Sentryo, IDnomic).

    Le projet Internet des objets


    • Les contraintes : « agilité » du projet, innovation, évolution en interne, régulation. Avoir une vision long terme et un mode d’innovation « test-and-learn ». Le « design thinking ».
    • Collaborer avec les métiers pour déterminer comment l’Internet des Objets peut impacter son business aujourd’hui et dans le futur. Déterminer les opportunités, la valeur que cela peut dégager et quelle roadmap retenir.
    • Les points clefs : choisir les bonnes technologies, intégrer avec l’environnement du SI, modifier les processus.
    • Les pièges à éviter lors de la conception de l’objet, du service associé, de l’évolution de son organisation, de l’anticipation des changements règlementaires et de la protection des données personnelles. De la conception à la commercialisation.