Transformation digitale de la banque

Comprendre l'essentiel de la transformation digitale et identifier les activités sensibles au sein des groupes bancaires, appréhender la règlementation et la supervision bancaires, être un acteur éclairé et moteur dans la gestion de cette transformation et de ses risques.
Sommaire

LE MOT DE L’INTERVENANT

En trois jours, vous aurez une vue synthétique et complète des...

En trois jours, vous aurez une vue synthétique et complète des activités des groupes bancaires. Un développement progressif et pragmatique, évitant les aspects trop techniques, qui passe des sujets les plus familiers à ceux qui sont spécialisés ou relevant d’une vision globale et stratégique. La transformation numérique est omniprésente et les contenus actualisés. Trois jours intensifs pour saisir les organisations actuelles et les grandes évolutions, trois jours dynamiques pendant lesquels votre intérêt ne faiblira pas.

Christian Bourret
Expérience du secteur bancaire de plus quarante ans, au sein d’un grand groupe, puis formateur indépendant, intervenant à Paris-Dauphine (masters 1 et 2, MBA) et professeur associé en finance à l’Université de Cergy-Pontoise, responsable de masters mention finance en alternance.
Lire la suite Cacher le texte

Ce séminaire s’adresse à tous les informaticiens et particulièrement à toute personne concernée par la prise en compte de la transformation numérique dans la banque, la gestion du risque informatique et son intégration dans la démarche de gestion de l’ensemble des risques bancaires, ainsi qu'à toute personne intéressée par les liaisons entre l'informatique et les stratégies bancaires.

À l’issue de ce séminaire, les participants auront une vision globale et dynamique de la transformation digitale dans la banque, de la supervision bancaire, de la gestion, de la gouvernance des risques et de la définition du risque informatique établie par les autorités. Ils seront capables de :

  • comprendre les apports et enjeux des technologies digitales, positionner dans une vision d'actualité les acteurs traditionnels et les nouveaux (assurances, opérateurs télécoms, financement participatif, fintechs, bigtechs…) ;
  • identifier les activités des groupes bancaires sensibles à cette transformation ;
  • comprendre les différents domaines du risque bancaire (Bâle III) et du risque informatique défini par l'ACPR ;
  • intégrer les orientations principales retenues par les superviseurs en matière de risque et les cartographies qu'ils établissent ;
  • mettre en place ou participer à la mise en place d'une gestion du risque informatique intégrée à la gestion globale des risques de la banque ;
  • appréhender ou envisager la construction d'une cartographie du risque informatique d'une banque, des indicateurs de suivi ou d’alerte ;
  • participer activement à toute réflexion ou action engageant l'informatique dans les stratégies bancaires et concernant le modèle économique d'une banque.


La transformation digitale


Les nouvelles technologies numériques

  • Bitcoins et crypto monnaies, blockchain (DLT, registres partagés, jetons (tokens).
  • Tiers de confiance et registres distribués (Blockchain), exemples.
  • Chatbots, Intelligence Artificielle, robots conseillers (Robots Advisors) pour l'épargne financière.
  • Informatique quantique, de nouvelles possibilités, exemples de domaines bancaires concernés.
  • Data, Big data et RGPD, accès aux données personnelles, leur protection et leur confidentialité.
  • Smart-contracts et templates.
  • Fintechs

Open banking

  • L’attente d’une banque simple, sur mobile et en agence, conviviale et digitale, ouverte (open banking).
  • L’accès aux données bancaires par des APIs.

Les canaux de distribution

  • Les canaux de distribution classiques, le « Mix Canal », le nouvel ordonnancement des points de vente.
  • Une approche plus fine de la relation clientèle.
  • Le modèle classique de distribution à l’épreuve, le rôle croissant des intermédiaires, la montée en puissance du digital banking.

Les activités bancaires en transformation


De nouveaux acteurs pour le financement de l’économie et des comptes de paiement

  • Les flux et les indicateurs économiques, la monnaie, la politique monétaire.
  • Le financement de l’économie par les banques, les marchés et le financement participatif (Crowdfunding).
  • L'émergence de nouveaux acteurs, assurance et fonds d'investissement, Gafa, bigtechs.
  • Des statuts professionnels (agréments) nouveaux pour de nouveaux services.

La gestion des comptes de la clientèle et les services liés au compte

  • Compte en banque ou dans un bureau de tabac, les ouvertures de compte, la connaissance du client (KYC), les espèces, la gestion des flux, les directives DSP et DME.
  • Exemples d’offres nouvelles, l’agrégation de comptes bancaires, la transmission d'ordre...

La délivrance et la gestion des moyens de paiement

  • Les moyens de paiement, fraude, authentification forte.
  • Le SEPA (Single Euro Payments Area).
  • Le paiement instantané, une révolution dans nos habitudes ?
  • Usages et tendances : parts de marché, évolution des pratiques, paiements sans contact, e-paiements, Paylib, Paypal…
  • Les opérations de compensation, les systèmes de règlement (Core, Target 2, Tips), bientôt des crypto-euros ?

Le crédit

  • L’analyse du risque, scoring et Intelligence Artificielle.
  • La notation du risque, la notation et la supervision individualisées (cote de crédit BdF, Anacrédit, Bâle III, Signaux faibles).
  • Exemples d'offres par de nouveaux acteurs, syndications de crédit.

Les opérations à l’international

  • Opérations de change, technologies digitales et trade finance.

Les opérations sur titres

  • Les ordres de bourse, le trading à haute fréquence.
  • La compensation, le règlement livraison, la conservation des titres ; LCH Clearnet, Euroclear France ; Target 2 Securities.
  • La tenue de registres d’inscription des titres et des transactions en mode distribué (Blockchain), les émissions en France de jetons (tokens) pour la souscription au capital de PME.

Les répercussions pour les entreprises du secteur bancaire

  • Des risques et des opportunités.
  • Les solutions reposent sur les possibilités technologiques de chaque acteur.

Les risques bancaires


Définition du risque et stratégies de gestion du risque

  • Le risque, les différents niveaux de discontinuité, les stratégies de gestion du risque, la recherche d'indicateurs.

Principales entités intervenant sur la règlementation et la supervision des risques bancaires

  • Du G20, du Conseil de stabilité financière (Financial Stability Board, FSB) à l’ACPR, via la BRI, les instances européennes comme l'ABE et la BCE.
  • Risques liés au système financier, approche macro prudentielle (risque systémique) et micro prudentielle (risques d’un acteur), supervision par le SESF, l’ABE, la BCE et l’ACPR, cartographies de ces risques, orientations de contrôle de la BCE.

Les principaux risques impactant les activités bancaires

  • Références réglementaires fondamentales : Bâle III, arrêté du 3 novembre 2014 sur le contrôle interne et accord de sortie de Bâle III le 7 décembre 2017.
  • Des approches d'encadrement des risques existent en parallèle pour les activités financières et l'assurance.
  • Risque opérationnel dont risque informatique, autres risques bancaires, responsabilité du banquier.
  • Principe d'une culture du risque partagée par les acteurs.
  • L’organisation interne préconisée par la réglementation, le rapport sur le contrôle interne et le rapport annuel.
  • Un suivi permanent de la BCE et de l'ACPR.

La valorisation et l'impact potentiel des risques

  • Approches forfaitaires, standard ou avancées, évaluation des pertes attendues (expected loss), valeur à risque VAR (value at risk), évaluation prudentielle, évaluation comptable.
  • Valorisation du risque opérationnel, évolution après l'accord de sortie de Bâle III.
  • La démarche « processus de surveillance et d’évaluation prudentielle » (Supervisory Review and Evaluation Process, SREP), une supervision bancaire adaptative et individualisée.
  • Simulations et tests de résistance.

Le risque informatique intégré dans les risques bancaires


Les orientations et attentes liées à l'informatique bancaire

  • L'innovation et la sécurité.

Le risque informatique dans les banques est défini par l’ACPR en 3 domaines

  • Organiser le SI (système d’information), stratégie IT, pilotage budgétaire, rôles et responsabilités de la fonction IT, rationalisation du SI, respect des lois et règlements, gestion des risques.
  • Faire fonctionner le SI, gestion de l'exploitation (systèmes et réseaux), gestion de la continuité de l'exploitation, gestion des changements, qualité des données.
  • Sécuriser le SI, protection physique des installations, identification des actifs, protection logique des actifs, détection des attaques, dispositif de réaction aux attaques.

Exemples de questionnements

  • Le SI répond-il à la stratégie ?
  • Les investissements nécessaires sont-ils effectués ?
  • Quelle est la cyber sécurité ?
  • Le SI est-il résilient ?
  • Les accès extérieurs sont-ils suffisamment protégés ? …

Quelle organisation mettre en place

  • Une composante du risque opérationnel
  • La gestion du risque informatique est intégrée dans la gestion des risques bancaires.
  • L'organisation à mettre en place est à envisager sur les mêmes bases, en suivant la pyramide de répartition des activités de contrôle et la gouvernance

Envisager la construction d'une cartographie du risque informatique dans une banque

  • Indications pour initier une démarche de cartographie.

Démarches et pratiques d'audit informatique

  • Pour répondre aux attentes de la règlementation et des superviseurs, toutes les démarches et pratiques de l'audit informatique sont utilisables.

Equilibres financiers et modèle économique d’une banque


Le bilan

  • Actif et passif, gestion des liaisons entre les deux (principe de l’ALM, assets liabilities management).
  • Equilibres financiers, solvabilité et liquidité, levier financier (principe et ratio dans le bilan).
  • Indications sur la revue des actifs et les stress-tests.

Le compte de résultat

  • Constitution du revenu, le PNB, produit net bancaire, soldes intermédiaires de gestion, cœfficient d’exploitation, positionnement et impact de l’informatique.
  • Prise en compte des créances douteuses, indicateurs de rentabilité (fonds propres, capitaux gérés…).

Le modèle économique d’une banque

  • Points clés de l’activité exercée, ses forces et ses faiblesses, risques et potentiels de l’activité.
  • Principe de résilience et actions du superviseur si une banque est en difficulté.

Illustrations pratiques

  • La diversification des activités au sein des groupes bancaires.
  • Indicateurs et positions sectorielles.
  • Exercices et études de cas.

Des enjeux significatifs pour les équilibres économiques et financiers des établissements

  • La transformation numérique et les ressources humaines.
  • Les créances douteuses (NPL, non performing loans).
  • La gestion et le poids de l'ensemble des risques.
  • L’exigence renouvelée de croissance des fonds propres.

L’évolution de la profession bancaire


Les évolutions récentes

  • Indications en fonction de l'actualité.

Banque, finance et mondialisation

  • La transformation numérique et l'entrée en application de nouveautés significatives, notamment la DSP2.
  • Une internationalisation différenciée en fonction des métiers, un marché européen en cours de construction, un protectionnisme grandissant au-delà.
  • Les groupes bancaires français sont solides et actifs.

Les défis des banques en 2020

  • Les clés de l'évolution des banques.