Smart Cities

Comprendre et accompagner la transformation digitale de la ville
Sommaire

LE MOT DE L’INTERVENANT

En 2050, sept terriens sur dix seront des citadins (contre 53 %...

En 2050, sept terriens sur dix seront des citadins (contre 53 % aujourd’hui). Si on ne fait rien, tout de suite, pour limiter la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre des villes, le climat échappera à tout contrôle. Les smart cities et autres « territoires intelligents » apportent une partie de la solution, tout en offrant à leurs habitants une meilleure qualité de vie.

Ariel GOMEZ et Nelly MOUSSU
Journaliste depuis 34 ans, éditeur de presse depuis 20, Ariel Gomez est le fondateur de Media Partners 360, société éditrice de Smart City Mag et de Retail Numérique Magazine, qu’il a créée après avoir dirigé au sein de Newsco le Journal des Télécoms, ITforBusiness et le Club DSI. Conférencier, animateur, formateur, il est également en charge des programmes de conférences de plusieurs salons professionnels et intervient régulièrement comme expert dans divers médias grand public.
Lire la suite Cacher le texte

A l’instar de secteurs comme l’industrie, la finance ou la santé, la ville et – plus largement – les territoires, ont entamé un vaste mouvement de transformation de leur mode de fonctionnement grâce aux technologies issues de l’informatique « traditionnelle », des télécoms, et de l’Internet des Objets (IoT). Cette transformation digitale a des impacts non seulement sur la façon de fonctionner de la ville, mais aussi sur l’organisation interne de ses services, sur la gouvernance des projets, et sur le rapport entre les élus, les agents et leurs concitoyens.

Facteur d’optimisation des ressources humaines et financières de la collectivité, la Smart City porte également en germe le projet d’une collectivité plus sobre dans ses consommations énergétiques, plus respectueuse des ressources naturelles et offrant un meilleur cadre de vie à ses habitants.



Pourquoi rendre les villes intelligentes ?


  • Données de contexte (démographie, urbanisme, environnement).
  • Technologies disponibles : un alignement parfait des planètes.
  • Les motivations des collectivités :

- économies de fonctionnement,

- meilleur service au citoyen,

- gagner en attractivité (qualité de vie, qualité de services),

- répondre aux obligations de la loi TEPCV de 2015,

- accompagner la transformation digitale de l’Etat.

Comment construire la ville intelligente ?


  • Identifier toutes les parties prenantes.
  • Le rôle de la collectivité.
  • La gouvernance des projets
  • De l’organisation en silos à la transversalité.
  • Compétences et gestion RH : une des clés de la réussite.
  • L’accompagnement du changement pour transformer l’essai.
  • Communication interne.
  • La gouvernance de la donnée.
  • Impliquer l’usager dans la co-construction des services.
  • Mutualiser moyens et compétences pour aller plus loin.

Quelles infras, quelles technos pour la ville intelligente ?


  • Sans infrastructure, pas de ville connectée.

- FTTH et « Bon débit pour tous ».

- RTTH, 4G, Satellite, 5G.

- Réseaux bas débit (LoRa, Sigfox…).

- Data centres pour les services Cloud Computing.

  • Un ensemble de technologies numériques.

- Capteurs.

- Logiciels.

- Applis mobiles.

- Algorithmes, BI et Intelligence Artificielle...

  • Focus sur la 5G, technologie de rupture.
  • La montée en puissance du Edge Computing vs Cloud.

Smart City : un modèle de services basé sur la donnée


Un renversement du modèle des services (illustration et exemples).

  • A qui appartiennent les données ?
  • Quelle souveraineté des données ?
  • Comment prendre en compte le consentement ?
  • Qui gère et qui utilise les données ?
  • Qui est responsable ? (cadre légal et textes).

Open data : contraintes et opportunités.

RGPD vs Cloud Act ?

Smart City, safe city ? L’importance d’une cyber «  by design  »


  • Quels risques pour quelles conséquences ? (responsabilité juridique des élus, responsabilité fonctionnelle des DSI).
  • Identifier les vulnérabilités (infrastructure, réseaux de communication, capteurs et terminaux, données, applications, data centres…).
  • Profils et objectifs des hackers (exemples d’attaques).

Faire face à une attaque.

- Sensibiliser les utilisateurs, former les personnels de la ville.

- Etablir un plan de continuité.

Ville intelligente, ville inclusive


  • Le smart au service du maintien à domicile des personnes âgées.
  • Les services smart qui permettent de surmonter les handicaps (mobilité, déficience visuelle, déficience auditive, déficiences cognitives…).
  • Les technos et les services pour lutter contre les fractures.
  • Les applis et services qui contribuent au lien social.
  • Une démocratie plus directe grâce au connecté ? (applis de GRC, de vote, de consultation citoyenne…).

L’intelligence de la ville comme moteur d’attractivité économique


  • Garder ses habitants et en attirer de nouveaux.
  • Offrir le cadre qui attire les entreprises innovantes (connectivité, tiers lieux….).
  • Redynamiser le commerce de centre-ville grâce au connecté.
  • Favoriser le tourisme par le connecté (wifi territorial, VR/AR, bornes de recharge électriques…).

Exemple de verticale métier : la Mobilité


  • Du transport aux mobilités urbaines, une évolution sociétale et technique (de la LOTI à la LOM).
  • Moins de voitures pour plus de fluidité et moins de pollution.
  • L’intermodalité, principe majeur de la mobilité.
  • Le parking intelligent : une brique importante des politiques publiques.
  • L’économie du partage et de l’usage versus l’économie de la possession.
  • La Mobilité as a Service (MaaS).
  • Organisation de la mobilité : quel partage des rôles entre public et privé ?

- La question des données.

- Quel partage de revenus.

  • L’IA au service de la complexité et du volume des données à traiter.
  • Demain : les véhicules autonomes dans la ville (voitures, navettes, utilitaires, drones de livraison…).

Verticale métier : le Smart Lighting, particule élémentaire possible de la Smart City ?


  • Des économies rapides grâce à la LED.
  • Des retours sur investissement rapides pour financer d’autres projets.
  • Une infrastructure dédiée qui peut servir à d’autres usages.

- Pose de capteurs divers.

- Wifi public/antennes 4G/5G.

Exemples de modèles


  • Retour sur OnDijon : la première Smart City française totalement intégrée.
  • Le partenariat d’innovation à la Communauté de Communes du Pays Haut Val d’Alzette (CCPHVA).
  • Dubaï : le bonheur des habitants comme critère d’évaluation (et de rémunération) des services.
  • Copenhague : citoyens ultra-connectés, qualité de vie et concertation citoyenne au menu.
  • Besançon : champion de la réduction des déchets grâce au connecté.
  • Estonie : les leçons à tirer de la «  smart nation  ».